Sur la terrasse ou au jardin, un jardin d’eau en pot pour un brin d’exotisme indon


10 juin 2011 Blogue, Jardins d'eau, Non classé

 

Sylvie, horticultrice chez nous, revient d’un périple de plusieurs mois en Indonésie; la chanceuse! Elle a évidemment la tête remplie de souvenirs et d’images. Elle a d’ailleurs pris des centaines de photos pour nous faire vivre avec elle une partie de son voyage. Inutile de vous dire qu’elle aura facilement réussi à nous transmettre la piqûre, celle des voyages mais aussi celle des petits jardins d’eau en Indonésie. Et comme tous les grands voyageurs, c’est inspirée qu’elle nous a créé le weekend dernier, quelques petits jardins d’eau en pot, à l’indonésienne, pour intégrer dans nos décors d’ici, sur la terrasse, ou dans un coin du jardin.

Compliqué ? Pas du tout. Quelques règles à suivre tout au plus. Un petit jardin d’eau c’est en quelque sorte un petit écosystème, et donc sa réussite tient de son équilibre.

Il vous faut d’abord un contenant imperméable et propre. Rincez-le à grande eau,  à maintes reprises, avant de le remplir. Je vous suggère également de laisser l’eau tempérer légèrement avant d’y installer vos plantes aquatiques.  

On regroupe les plantes aquatiques en quatre groupes principaux. Chaque groupe a une fonction dans l’atteinte de l’équilibre de l’écosystème. Les voici :

Les plantes « oxygénantes » : elles sont immergées complètement et fournissent de l’oxygène à l’eau, en plus de nourrir et d’abriter certains petits poissons si toutefois vous choisissez d’ajouter des poissons à votre jardin d’eau. Un bassin d’eau sans oxygène meurt. Souvent on vous suggère de mettre une pompe dans un bassin pour créer un mouvement toujours dans le but d’oxygéner l’eau. Dans le cas d’un petit bassin en pot, avec ces plantes, vous pourrez vous passer de pompe. Quelles sont-elles ? Elodea, chladophora (boule de mousse), myriophillum, bacopa, ludwigia, etc. Ratio ? 1 paquet par mètre cube d’eau ;

Les plantes émergentes : ce sont celles dont le système racinaire est dans l’eau, et le feuillage sort de l’eau. L’iris versicolore en est une, la sagittaire sagittifolia, la pontederia, plusieurs miscanthus, acorus, et joncus dans les graminées. Elles sont le filtre de l’eau, absorbent le phosphore, qui lui contribue à la prolifération des algues. Elles sont donc très importantes dans l’équilibre de votre bassin, et quant au ratio c’est le développement de chaque plante qui sera votre guide ;

Les flottantes tempèrent votre eau, et réduisent le passage des rayons du soleil, lesquels contribuent également au développement des algues. 60% de votre bassin, ou jardin d’eau en pot,  devrait être recouvert de plantes flottantes. Parmi les plus connues se retrouvent les jacinthes d’eau qui fleurissent, la laitue d’eau, l’azolla et la petite lentille d’eau aussi, dont les poissons raffolent ! En plus de régulariser la température de l’eau elles contribuent également à  la filtrer ;

Les nympheas méritent une catégorie à part. Ils ont les propriétés des flottantes bien sûr et servent de parasol. Ils contribuent également à filtrer l’eau comme les émergentes. Mais surtout, ils sont absolument ravissants. Une fleur presque parfaite, souvent odorante, des coloris à couper le souffle. Et si un jour une petite grenouille se retrouve dans votre jardin d’eau sur  une feuille de nénuphar, c’est que vous aurez réussi à créer un écosystème équilibré !

Petite note : un écosystème se bâtit tranquillement. Si vous avez un jour un problème d’algue, ne changez pas votre eau. Il existe des traitements à faire en ajoutant des bactéries qui utiliseront le  surplus de phosphore et d’azote pour dégrader la matière organique, concurrençant ainsi avec les algues pour leur nourriture. L’orge aussi pourra être indiquée.




Le commentaires sont fermés.

Produits Lodge



Cuisine santé, en plein-air, à la maison : le retour de la fonte!

Lire la suite »